L’oiseau de la mer …

La lumière semble voilée,

Là, ou il s’est réveillé,

Dans ce bleu océan,

Une nappe sourde de néant,

Des êtres aux écailles brillantes,

Se déplacent, dans une aisance arrogante,

Il fait tout pour leur ressembler,

Mais peine toujours à avancer,

Aucuns ne semble voir,

Qu’il est tout sauf leur miroir,

Toujours nager entre deux eaux,

Est épuisant pour un oiseau,

Retenant sa respiration,

Dans une mer d’incompréhension,

Tout ce qui lui reste permis,

C’est de respirer chaque nuit,

Rêvant d’un monde de nuages,

Dans une dimension sans cage,

Ressentir l’ivresse du ciel,

Porté par une grâce éternelle,

Peut-il fuir cette triste existence,

Qui semble n’être qu’invraisemblance,

Lui qui souhaite juste prendre sa place,

S’émanciper pour son vrai espace,

Mais qu’en est-il de ses plumes,

Maintenant corrompues par l’écume,

Et ses gracieuses ailes,

Sauvagement brûlées par le sel,

Pourront-elles une dernière fois le porter,

Vers une légitime liberté ?

JPR

Un avis sur « L’oiseau de la mer … »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :