Parce Mihi

Pardonnes-moi, si je me hâte de vivre,

Mais la beauté du ciel m’enivre.

Même quand les ténèbres dominent la nuit,

Et que je marche seul et sans bruit,

Ébloui, je ne vois que les étoiles,

Mon esprit déchirant le voile de tout mal.

Je fuis les liens du passé,

Qui m’enserrent pour m’emprisonner.

Et parfois mon cœur s’emballe,

Trahissant mon esprit loyal,

Alors, je fonce à travers le ciel,

Au risque de me brûler les ailes.

Si t’a beauté est un leurre,

J’en assume la douleur,

Bercé dans la vérité,

De mon âme oubliée.

Aveuglé par ta grâce,

Puisses-tu pardonner mon audace.

JPR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :